Blog

C’est quoi, une bonne adaptation ? (Ou pourquoi le Persuasion de Carrie Cracknell est catastrophique)

La sortie de cette nouvelle adaptation du célèbre roman de Jane Austen est le prétexte idéal pour essayer de réfléchir à ce qui fait une bonne adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire. Il ne s’agit pas de juger le film en tant que tel (quoique…) car un film mal adapté peut être de qualité, tout commeLire la suite « C’est quoi, une bonne adaptation ? (Ou pourquoi le Persuasion de Carrie Cracknell est catastrophique) »

« Jane Austen, c’est de la chick lit du XIXème siècle »

Phrase captée sur le YouTube littéraire pour résumer (et dénigrer ?) l’œuvre de la romancière anglaise. Mais la chick-lit, qu’est-ce que c’est ? Si on traduit grossièrement, c’est de la littérature pour poulettes qui prend son essor dans les années 1990 avec des romans comme Sex and the city de Candace Bushnell ou Le Journal de BridgetLire la suite « « Jane Austen, c’est de la chick lit du XIXème siècle » »

Le travestissement et la littérature #3 : des femmes en costume d’hommes

Le travestissement, en particulier celui lié au genre, possède une indéniable portée subversive liée en partie au fait qu’il soit interdit par la loi en vertu du Deutéronome, exception faite du déguisement de Carnaval ou du costume de scène. Cependant, à partir du XVIIIème siècle, en France notamment, l’élite laïque et culturelle s’émancipe du pouvoirLire la suite « Le travestissement et la littérature #3 : des femmes en costume d’hommes »

Sacrés coquins ! (ou quand les grands auteurs écrivent des cochonneries)

Certains écrivains, en intégrant la prestigieuse catégorie des grands auteurs classiques, se parent d’une aura de sérieux qui projettent sur eux une image proprette et digne. Ils sont alors souvent célébrés pour leur maîtrise de la langue, leur talent, la beauté de leurs textes. On les étudie même à l’école. Et pourtant, derrière ces masquesLire la suite « Sacrés coquins ! (ou quand les grands auteurs écrivent des cochonneries) »

1857 : la littérature face à la morale

En 1857, les noms de deux écrivains assez méconnus du grand public vont retentir dans l’actualité judiciaire et leur renommée va dépasser les cercles littéraires dans lesquels ils évoluaient déjà. Cinq ans après le début du Second Empire, Napoléon III impose à la société française un ordre moral qui pèse particulièrement sur la liberté d’expression,Lire la suite « 1857 : la littérature face à la morale »

Les artistes et la mort #5 : le seppuku de Yukio Mishima

« La mort de Mishima est une de ses œuvres, et la plus soigneusement préparée de ses œuvres » déclare Marguerite Yourcenar pour compléter une réponse de Jean d’Ormesson alors qu’ils se trouvent sur le plateau d’Apostrophe, en janvier 1981. Une remarque qui paraît peu étonnante concernant un écrivain dont l’obsession pour la mort transparaît dans nombreLire la suite « Les artistes et la mort #5 : le seppuku de Yukio Mishima »

L’art de l’insulte

Que l’on vise un meuble sur lequel on s’est cogné le doigt de pied ou un automobiliste particulièrement irrespectueux, tout le monde manie l’insulte au quotidien. Mais souvent, ces élans de colère ne permettent pas une grande variété de bons mots et on se contente d’un langage fleuri mille fois entendu. Pourtant, avec un peuLire la suite « L’art de l’insulte »

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :