Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Pourquoi lire… Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde

Parce qu’il a été écrit par le plus flamboyant des auteurs irlandais : Oscar Wilde, né à Dublin en 1854, d’une mère poète et d’un père oculiste. Parcours scolaire brillant, d’abord à Trinity College puis à Oxford où il rencontre des professeurs, comme John Ruskin, qui vont l’aider à forger ses théories esthétiques. Il dit qu’il a mis tout son génie dans sa vie et son talent dans ses oeuvres, et même s’il a peu écrit (quatre pièces, un roman, des poèmes et des essais), il a marqué ses contemporains par sa présence et ses talents d’orateur. En 1895, il perd un procès mettant en cause son homosexualité et passe deux ans en prison. Après sa libération, il finit ses jours en France, dans la misère la plus noire et il s’éteint à Paris en 1900.

Oscar Wilde (1854-1900)

Parce qu’il est scandaleux pour l’époque : l’Angleterre victorienne puritaine qui condamne toute conduite perçue comme honteuse. D’ailleurs, Le Portrait de Dorian Gray, d’abord publié en 1890 dans Lippincott’s Magazine, a été qualifié « d’ordures » par un critique, puis il a été censuré pour son immoralité. Il semblerait que certaines paroles de Basil Hallward adressées à Dorian, teintées de cet amour qui ne dit pas son nom, aient déplu : « C’est un fait, tu m’as inspiré des sentiments bien plus tendres que ceux qu’il est permis à un homme d’avoir pour un ami. Je ne me l’explique pas mais je n’ai jamais été amoureux d’aucune femme. […] Je reconnais avoir conçu pour toi un amour fou, extravagant, irrationnel. » On a donc là l’un des précurseurs de la littérature LGBT+ et aujourd’hui, il est possible de se procurer les deux versions.

Parce que c’est un hymne à la beauté et à l’art. D’abord à travers la beauté de son personnage principal, le fameux Dorian Gray qui envoûte, fascine et provoque la chute de tous ceux qui le croisent. Parce qu’il est jeune et beau, il est tout puissant. En tout cas, c’est ce que Lord Henry, en bon marionnettiste, lui fait croire : « Vous avez une figure adorablement belle, M. Gray… Ne vous fâchez point, vous l’avez… Et la Beauté est une des formes du Génie, la plus haute même, car elle n’a pas besoin d’être expliquée ; c’est un des faits absolus du monde, comme le soleil, le printemps, ou le reflet dans les eaux sombres de cette coquille d’argent que nous appelons la lune ; cela ne peut être discuté ; c’est une souveraineté de droit divin, elle fait des princes de ceux qui la possèdent… » Mais il y a une double lecture de cette œuvre, et la deuxième est plus philosophique, plus esthétique et on en trouve les principes dans la préface dont les aphorismes et autres formules lapidaires nient tout lien entre art et moralité. L’art ne vaut que pour lui-même, être beau est son seul but. « L’Art est tout à fait inutile. »

Parce que l’écriture d’Oscar Wilde est un savant mélange d’humour, de paradoxe et de poésie. Chaque phrase, formule ou tournure est un bijou et pour aboutir à un tel résultat, Wilde ne s’embarrasse pas forcément de fioritures qui pourraient alourdir son propos : « Influencer une personne, c’est lui donner son âme. Elle ne pense plus ses propres pensées, elle ne brûle plus de ses propres passions. Ses vertus n’ont plus d’existence propre. Ses péchés, pour autant que le péché existe, sont empruntés. Elle devient l’écho de la musique d’un autre, elle joue un rôle qui n’a pas été écrit pour elle. Le but de la vie, c’est l’épanouissement de soi. Réaliser notre propre nature à la perfection, voilà notre raison de vivre en ce bas monde. Les gens, aujourd’hui, ont peur d’eux-mêmes. »

Alors, convaincus ?

5 commentaires sur « Pourquoi lire… Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde »

  1. Forcément, ton blog m’a proposé cet article pour poursuivre ma lecture, et forcément j’ai cliqué dessus 🙂 Oui, convaincue même si je l’étais déjà 🙂 Je m’attendais à un article plus long, mais les arguments que tu as avancé ont attisé ma volonté de le lire. Je ne savais pas que la version « classique » était censurée 😮 Et que l’on pouvait se procurer les deux versions. A voir laquelle je trouverai en premier en ces temps de déconfinement

    J’aime

    1. La version non censurée est sortie assez récemment en France. Certains passages manquants se trouvent dans la version non censurée et d’un autre côté il a ajouté des chapitres dans la version censurée (qui reste la plus facile à se procurer et même là, on sent bien que Basil est amoureux de Dorian, c’est juste qu’il ne l’avoue pas aussi clairement) J’espère vraiment que ça te plaira !

      J’aime

  2. Hmmmm … du coup un jour ce serait pas mal d’avoir les deux. Merci, j’espère aussi mais il n’y a pas de raison, tout sur le papier indique que ça va être une lecture sensationnelle x) Il a quand même eu une fin de vie assez rude cet Oscar :/

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :